La fille au ballon rouge

La fille au ballon rouge

Aux pavés du quartier, elle dessine à la craie

Les rêves délavés d’une vie fracassée,

Et pourtant elle est belle, les passants ne voient qu’elle

Grimper au septième ciel des cases de sa marelle

 

Silhouette furtive d’un conte de Bohème,

Pieds nus dans la poussière et le cœur en Carême,

Elle a jeté aux flammes son destin de femme

Et déposé les armes dans les rues de Paname.

 

Elle prédit l’avenir à des hommes de paille

Et souffle des étoiles au gris de nos murailles,

Le froid s’est invité dans son manteau fané

Mais elle a dans les yeux la chaleur de l’été.

 

Elle danse sur le trottoir jusqu’au clair de la lune,

Un elfe de passage au sein d’une nuit brune

Et d’un coup elle s’endort jusqu’au bout de l’aurore

Dans sa robe de brume, elle veut rêver encore.

 

Et partir en voyage, dans une roulotte bleue

Là-bas, presque aussi loin que se portent ses yeux,

Chevaucher le soleil, jouer au cerf-volant,

Poser son ballon rouge au bord de l’océan.

 

Annie K. Barbier

Quand le passé s’invite au présent

 

Pas de commentaire

Donnez votre avis