Meung-sur-Loire

 

Dans la neige immaculée, les bancs font la causette. Ils parlent. De quoi, me direz-vous ?

Des belles amours d’été, des belles amours passées, d’une longue dame blanche et d’un homme amoureux.

Et devant eux, la Loire…

La Loire se prélasse ou se cogne à ses rives, c’est selon. Selon le temps qui rit, selon le temps qui vente.

Voilà midi qui chante au clocher d’à côté. Janvier enveloppe de brume les hautes tours de Meung et les jours glissent doucement vers le printemps.

Annie K.Barbier
La voyageuse sur le banc

Pas de commentaire

Donnez votre avis