Complainte d’une épave

 

J’ai tant roulé ma bosse
Dans cette vie féroce
Je rouille pour Carabosse
J’y prends quelques cabosses

Mais j’ai eu la belle vie
Et du succès aussi
J’en ai vu du pays
J’étais toujours partie

Avec de joyeux drilles
Et quelques jolies filles
De celles qu’un rien habille
Au parfum de vanille

On a ri et chanté
Sur des routes enchantées
Et puis on s’est posés
Au bord des champs de blé

J’avais ma Mélusine
Une fée de mon usine
Qui s’appelait Aline
Mais le temps nous ravine

Un jour elle m’a quittée
Sous un orage d’été
Et l’on m’a enfermée
Dans un hangar glacé

Alors bien sûr la rouille
M’a mise dans sa tambouille
C’est sûr que j’me débrouille
Mais j’ai une drôle de bouille

Mélusine effacée
Carabosse est entrée
Mais je suis restée
Au beau pays des fées

Annie K. Barbier
Texte protégé sacem

L’image contient peut-être : plein air

Pas de commentaire

Donnez votre avis