A mon frère

Christian 

Il est des êtres dont le destin est écrit…

Vous pouvez les chérir, les porter, les aimer, vous ne pouvez pas changer la trame de leur vie.

Vous tricotez leurs rêves et ils les détricotent consciencieusement. Ils ne gardent qu’un fil ténu qui finit par rompre. Ils ne veulent pas vraiment mourir mais ils ne font rien pour vivre au plein sens du mot. Ils se laissent cahoter et finissent écartelés sur le carreau, seuls, sans amis, sans amour.

Et un jour, ils meurent en silence au bout d’une existence qui n’aura été qu’un long cri.

Annie K. Barbier

 

 

Pas de commentaire

Donnez votre avis