Mes chers administrés …

Bilan du week end, temps glacial, moments d’amitiés et …Voeux de la municipalité à Vouzon ..

Comment dire ? Quand tu changes de village ! Bref …

Où j’étais avant, les voeux du maire rassemblaient au mieux une trentaine de personnes et encore. Le maire, un ou deux conseillers, un conseiller général, les commerçants, forcément très peu dans un tout petit village, les nouveaux habitants, individuellement conviés et dont la plupart ne répondaient pas, en gros assemblée fortement limitée. Ceci dit, on pourrait penser que c’était dû à la personnalité du maire. Pas du tout..Cet homme est charmant, paisible, discret et oeuvre au mieux pour le bien de son village. Alors quoi ? La mentalité des gens de là-bas ? Sûrement un peu ! Je ne sais pas.

Ici, les voeux du maire c’est à vue de nez 300 personnes. Est-ce à dire que les Solognots se sentent davantage concernés par ce qui se passe au sein de leur communauté ? Sont-ils plus solidaires ? Ou, en profitent-ils pour se rencontrer et boire un coup ensemble ?

Le maire fait son discours dans un silence religieux. Les discours c’est rébarbatif. Heureusement, cet homme là a quand même une pointe d’humour mais, comme partout, il nous dit ce qu’il veut, ni plus, ni moins et comme personne ne pose de questions, il n’a pas trop de soucis à se faire. Ceci dit, je pense que c’est quelqu’un d’honnête et qu’il fait ce qu’il peut. Il a eu cependant une phrase très juste « A force que l’état mette son nez dans toutes les affaires communales, que restera-t-il aux maires dans le domaine de la décision, hormis la galette ou le sapin de noël ». Bon ce n’a pas été dit tout à fait comme ça, mais il n’empêche, il a mis le doigt ou ça fait mal. Le maire est sans doute une espèce en voie de disparition comme beaucoup d’autres.

Et puis, je me pose une autre question. Mais où est la jeunesse ?

Les voeux du maire ressemblent plus à un club du troisième âge qu’au panel d’un village. Hormis, allons disons, une petite trentaine de personnes, je ne dirai même pas plus jeunes, mais moins âgées, point de jeunesse, pas d’ados bien sûr…ça me laisse toujours dubitative, quand ensuite je les entends dire « C’est toujours les vieux qui décident pour nous ».

Nous vivons dans un monde où tout semble dépassé et en pleine mutation. Dites-moi pourquoi, parfois j’ai l’impression d’avoir cent ans. J’ai pourtant toutes mes dents (sourire).

Bon, j’arrête de cogiter et je vais aller m’agiter. Une maison, c’est comme un village, ça ne tourne pas par l’opération du Saint-Esprit.

Bonne journée tout le monde, ici brouillasseuse et grise, exactement comme je les déteste.

Voilà ça c’était en 2017. Attendons cette année.

 

Annie K. Barbier

L’image contient peut-être : fleur, plante, nature et texte

Pas de commentaire

Donnez votre avis