La petite fille et les craies

La petite fille que j’étais rêvait devant une « underwood »…
Quand les enfants dessinaient des oiseaux, elle jouait avec des mots, des grandes lettres sur un tableau, avec juste une craie, comme un trésor, blanche et fragile, si vite usée. Et puis le temps a passé, la petite fille s’est mise à jouer de ses doigts déliés pour écrire sur un clavier,comme un rêve réalisé.
Elle en a raconté des choses, des tourments, des chemins de rose, des heures grises sous un ciel bleu, des espoirs fanés, des sentiers tortueux. Et la femme que je suis devenue se prend à nouveau à rêver. Elle voudrait retrouver sa craie, blanchir ses doigts au tableau noir de son école maternelle et redessiner des soleils aux toits de vos maisons. Refaire le chemin à l’envers et recueillir des coquelicots. Que c’est joli les coquelicots surtout lorsque l’on a cinq ans et qu’on n’a pas encore appris qu’on peut en faire des taches de sang ..
Quand j’y pense, j’ai dû rater quelques stations incontournables.
A « Innocence », le train a oublié de s’arrêter et à « Désespérance », il m’a jetée sur le quai.. Mais c’était sans compter sur « Providence » un soir d’été ….C’était en juillet, j’ai retrouvé mes craies dans les mains de mon amoureux.. et l’on a repeint nos jours en bleu même quand le ciel était gris. On a laissé les coquelicots dans la blondeur des champs de blé et on a usé quelques craies pour redessiner nos vies.
On a juste un peu oublié qu’il y a partout un « Terminus »… Ce jour là, j’ai retrouvé mon clavier mais l’histoire avait changé ……………….

Annie Kubasiak-Annie Barbier

2 Comments

  • Monique 12 janvier 2018 at 9 h 43 min

    Très beau,
    Tant d’enfance volée que chacun a vécu avec sa force,
    Envie d’encore prendre la craie pour encore rêver ..

    Reply
    • Annie Kubasiak-barbier 13 janvier 2018 at 9 h 43 min

      Bon jour Monique. Dommage qu’il soit trop tard pour beaucoup de choses. Belle journée chez toi

      Reply

Donnez votre avis