Entre Sologne et Berry

Bonsoir tout le monde

Il a fait doux en ce dimanche pour la première fois depuis longtemps. Ce matin c’était brocante à Sennely, un joli petit village pas trop loin.

Quelques rencontres au fil des bois, des faisans dorés, des vénérés, un obscur, des pigeons en parade amoureuse jusqu’au milieu de la route et un gros lièvre, les écoutilles en alerte. Les champs sont gorgés d’eau, les bois demandent à reverdir. Bref, on est encore en hiver !

Dans le village ça s’empresse à installer des étals de fortune. On voit ceux qui ont l’habitude et ceux qui sont là par hasard. Honnêtement, il n’y a pas grand’chose qui m’enthousiasme hormis un joli plat en céramique rosée en forme de fleur que j’emporte pour un prix dérisoire et une bricole pour ma petite fille.

Un homme avec ses gros godillots bouscule quelques verres éparpillés au sol. On n’a pas idée non plus de poser sur le bitume des verres anciens fragiles. Hurlement de la vendeuse, aucune excuse du vieux bonhomme et là ça part en cacahuète. Tous les noms d’oiseaux y passent. Bref, on change de quartier, c’est mieux, direction Aubigny-sur-Nère, chouette cité franco-écossaise à l’architecture sublime et au charme certain.

Le but, après la visite à un ami, est un salon gastronomique que nous avons prévu visiter. Et là on déambule au milieu de mille bonnes choses tentantes et goûteuses. Du p’tit rhum arrangé à un étal coloré de fruits secs ou confits, d’un foie gras à tomber par terre aux petits producteurs de vin de nos régions, on se régale les yeux et les papilles. Pause obligatoire chez mon marchand de vinaigre qui nous concocte des nouveautés alléchantes tous les ans. Et là je craque sur deux saveurs que je n’avais pas dont un vinaigre de mandarine qui fera le bonheur de mes petits plats plus tard. Pause également chez une marchande de sel fou et autres, des mélanges gourmands, des petits riens qui changent tout et hop tout ça dans le cabas.

La maison de la presse est ouverte. J’en profite pour y proposer une séance de dédicaces pour mon dernier roman. Grand sourire de la patronne « Avec plaisir » ..Il reste juste à fixer la date ! Merci Madame !

Bien sur, ça met en appétit et l’occasion faisant les larrons on s’installe au « Bien aller » devant un magret de canard à la plancha sublime sur une purée de butternet, accompagné d’un Mennetou-salon pas désagréable. Service avec le sourire et dans la bonne humeur. Prix correct. Seul couac, le chauffage par soufflerie qui nous en met plein les oreilles. C’est dommage. Mais on reviendra quand même en été.

On est déjà en début d’après-midi mais il est temps de rentrer. Quelques travaux attendent au jardin. Compliments à mes pieds de ciboulette qui débordent déjà des pots.

Dans le bois un chevreuil en goguette cabriole. Le quotidien reprend ses droits. Ce fut une jolie journée entre Sologne et Berry.

Annie Kubasiak-Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis