Festival des Jardins Chaumont sur Loire

Sublime journée au Festival de Chaumont-sur-Loire…

Le pouvoir des fleurs

La poésie des jardiniers

Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire
Cette année « Le pouvoir des fleurs »

Déjà ça m’a remis en mémoire la chanson de Laurent Voulzy

« Imagine notre espoir, on laissait nos cœurs au pouvoir des fleurs »

J’y vais chaque année depuis que c’est quasiment aux portes de chez moi et que la vie me laisse enfin le temps ..

Les cèdres séculaires courbent leurs branches et font la cour à des milliers de fleurettes qui paressent au soleil dans une parfaite harmonie.

On dirait qu’un peintre a renversé sa palette entre moire et velours ..Les pelouses sont écharpées de pourpre, de rose, de violet et de mauve qui font chanter la pierre du château et les clochetons d’ardoise.

Les jardins éphémères font la part belle à la poésie. A chacun de faire marcher ses jambes et trotter son imagination.

Ouvrir son âme au rêve comme on ouvre une fenêtre sur un jardin enchanté ..

Du jardin bouquet à celui planté de parapluies (on dirait qu’un tableau de Claude Théberge, peintre québécois, s’est invité à Chaumont), de la blancheur immaculée aux couleurs les plus intenses, de la mort en surface de certaines plantes à leur vie reprogrammée dans le sol, un déluge d’idées poétiques s’abat noyant la nature de plaisirs et d’espoir.

Certains tableaux laissent perplexe, tel celui des « éternelles éphémères » qui cristallise la rose du Petit Prince où le « trône des fleurs », une brouette d’un rose éclatant qui invite à régner sur ce monde floral, ou encore « La planète en ébullition » qui nous fait courir un frisson dans le dos.

« Au pied du mur » nous sommes certainement ..Ce jardin là est étonnant. Quand j’y suis entrée j’ai cru y voir des images de fleurs découpées dans un quelconque catalogue, collées sur un mur dans le genre « Ci-gît un monde qui à vécu ». En fait, c’est tout l’inverse. De plus près, ce sont des sachets de graines épinglés là et l’on passe ainsi de « Il était une fois » à « Il sera une fois » ..

Une pensée pour amie Hélène, poète et peintre à ses heures ..Au jardin « Inspiration », un atelier, un chevalet, un tableau .. Passants, retenez votre souffle, ne troublez pas l’artiste en pleine création ..

Puis « Papillonez » aux essences diverses, aux sucs méllifères, jusqu’aux « Belles aux eaux dormantes ». Nénuphars posés délicatement sur l’onde, senteurs de roses, instant d’éternité.

Une pause déjeuner plus tard, charmante, à l’ombre et bienvenue, me voilà repartie vers les jardins pérennes. Eux, je les ai vus à leurs débuts. Ils embellissent d’année en année. Toujours de l’eau, de la couleur. Un gosse s’extasie devant une libellule.. Le jardin chinois vous transporte dans un autre monde.

Amis d’ici, amis d’ailleurs, faites une pause en ce lieu enchanté. Soyez esclaves pour quelques heures… des fleurs, des arbres, des jardiniers-poètes.

Nous étions en 2017. Il est certain que j’y retournerai dans les semaines à venir, à la découverte d’autres jardins, d’autres idées, d’autres poètes-jardiniers.

Annie Kubasiak-Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis