Brocante du jour Cheverny

 

Rencontre dans la campagne, moutons noirs de Sologne 
Brocante sous le soleil 

Tout et rien à la fois, ou trop tard, comme un chapeau visé par Chéri-Chéri. Le temps qu’il se retourne pour me demander mon avis, le couvre-chef s’est envolé sur la tête d’un vieux monsieur derrière, au sourire charmeur. Il lui allait bien. Renoncement du mien. Et oui, c’est ça la vie !

Un qui vend les tomates de son jardin « Elles sont belles mes tomates, elles sont bonnes mes tomates » ..Oui mais dans ma tête ça ne fait qu’un tour, à 2,80 le kilo, elles sont chères tes tomates bonhomme même si elles sont de ton jardin

Affaire du jour, deux raccords d’arrosage, ça c’est fait.

Tentations : petite bijouterie, une robe « fille des sables » neuve et superbe ..Prix donné par la vendeuse à celle devant moi 5 Euros ..L’autre la laisse, je la prends dans les mains. Mine de rien, je redemande le prix. La fille me toise du haut en bas et me dit 10 euros..Je lui renvoie dans la tête .. »Gardez là, à ce train là ce soir, vous la vendez 50 euros ». Bref, depuis quelque temps quand tu vas dans les brocantes, il faudrait se déguiser en pauvresse pour éviter les prix à la tête du client. Et moi avec mon p tit chapeau et ma p tite robe pimpante, ben ça l’fait pas. Grrrr !

Les trouvailles : Quelques vinyles 33 tours qui serviront de sets de table, à charge pour chaque convive de chanter un bout d’une des chansons qui y sont gravées, si il veut sa pitance hi hi !! J’en connais qui, sur ce coup là, vont crier famine, parce que tout le monde ne va pas tomber sur les belles gambettes de Mistinguet

Les surprises : de la barbe à papa bleue .. si si,  pas rose,  bleue. Je pose la question « C’est vraiment de la barbe à papa » Ben oui, ma p’tite dame, faut sortir le dimanche ! Et toc ! Prends ça.

Les conversations : Le burkini est devenu best seller des échanges ma parole. Sauf que je préfère ne même pas répéter ce que j’ai entendu. Forcément, à force de chercher les enquiquinements, on y va tout droit.

Pour finir un rafraîchissant sur une table au soleil à regarder passer les gens. Stupeur voilà Cruella, une grande femme sèche comme un coup de trique, les cheveux en grosses méchés noires et blanches, un rictus en guise de sourire ..Euh, ils sont où les dalmatiens là ?

Et vient s’assoeir à notre table un vieux monsieur délicieux, fan absolue d’Adamo. Là, on prend la fuite, il va nous faire tout le répertoire.

Ah ! les joies des brocantes de campagne !

Retour, il est midi. Salade de tomates et basilic de MON jardin. Un régal pour rien du tout !

A dimanche prochain, si vous le voulez bien.

Pas de commentaire

Donnez votre avis