Entre Sologne et Berry

Après une belle promenade ce jour entre Berry et Sologne, accompagnée de mon homme et de notre Girolle, pause au coin du feu et envoi ici de quelques photos.
Le ciel, maussade ce matin, nous noie d’un brouillard laiteux et un petit vent frais nous fouille au corps mais, vaille que vaille ! Il faut que je marche, c’est impératif. Il reste à joindre l’agréable à l’utile.
Direction Aubigny sur Nère par Chaon, Brinon, les bois de Sologne…Arrêt au bord du Canal de La Sauldre, sur la Sente bleue, à l’écluse des Buissons.
L’histoire de ce canal, déjà imaginé par Léonard de Vinci, puis Lavoisier et enfin réalisé sous Napoléon III, n’a rien de banal. La Sauldre s’y promène sur 47 kilomètres, entre Lamotte-Beuvron et Blancafort, parfois solognote, parfois berrichonne. A l’époque elle servait à transporter la marne, extraite en Pays Fort et indispensable à l’amendement des terres de Sologne. Les routes et autres voies ferrées ont fini par condamner à mort le canal. Il est devenu un sentier de randonnée plein de charme sur lequel il est de belles découvertes à faire. Je me réserve cette promenade pour les beaux jours.
Arrivée dans la jolie petite ville d’Aubigny, encore parée de ses décorations de Noël et surtout riche d’une architecture sublime, c’est le nez en l’air que j’avance. Un achat de galette plus tard, je passe par la Maison de la Presse pour un petit bonjour (J’y ai fait des dédicaces sympathiques en septembre dernier) et rejoignons le Parc de La Duchesse de Portsmouth. Les grands jardins sont un peu déserts ce matin mais invitent à la flânerie sous un ciel bleu et un soleil inattendus. En tous les cas, compliments à ceux qui entretiennent. Mon oeil de professionnelle a trouvé le travail (de taille en particulier) très bien fait.
Une belle et bonne heure de marche, une grande bouffée d’air frais, un petit bonjour chez nos amis Coco et –Piou Piou, nous voilà requinqués.
Je vous invite à visionner les quelques photos rapportées. Girolle s’est installée dans le canapé en lorgnant la galette (délicieuse il semblerait), entamée par son maître. Je m’en vais l’accompagner.
Bonne fin de journée à tous.

Annie K.Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis