Christophe

« Le dernier des Bevilacqua », Christophe, s’en est allé rejoindre sa belle Aline et tous ceux qui ont marqué sa vie.

Il aura accroché sa veste rose à la porte des Paradis perdus en chantant ces mots bleus qui ont fait chavirer nos coeurs et font maintenant tanguer nos souvenirs. Encore un qui s’en va, entraînant dans son sillage des bribes enchantées de nos vies.

Il était plus qu’un musicien. Il était un magicien du son, avec un talent à la hauteur de sa recherche de perfection. J’ai toujours aimé sa discrétion aussi. Sans doute, il s’autorisait un juste milieu et une présence dans certains combats comme celui qu’il mena dans les années 80 contre la faim dans le monde.

Comme tout un chacun, il a connu ses hauts et ses bas. Il a assumé sa vie sans avoir besoin de défrayer la chronique, ni anti star, ni super star.

On gardera de lui quelques belles chansons intemporelles et nomades. Aline et les Marionnettes, entre autres, portées par sa voix et son charisme, auront beaucoup voyagé. Je me souviens avoir vu un reportage dans un pays assez loin, où les enfants chantaient ses chansons au sein de leur école. Je crois que c’était au Cambodge. Joli chemin quand même !

Merci Christophe pour tous ces jolis moments. Reposez en paix.

Annie Kubasiak-Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis