Un jeudi de l’Ascencion au pays des étangs

Aujourd’hui ce fut promenade solognote dans le calme absolu des bois, sur des petits chemins de campagne, avec pour seul but un bol d’air, loin du bruit et des soucis invasifs, voire corrosifs.

Voyage au pays des étangs, toujours enchanteur, avec de temps en temps, un humble ruisseau qui s’en vient jouer dans la cour des grands. C’est ainsi que l’on peut faire une pause au bord du Néant.

Image fugitive d’une « folie » et de sa chapelle, bien cachées dans un écrin de verdure… Un peu plus loin, une maison de briques rouges, aux volets clos, comme des yeux fermés sur un rêve qui n ‘appartient qu’à elle, s’assoupit.

Des fleurs à broder les talus, en veux-tu en voilà, bourraches bleues, digitales en hampes dressées ou penchées en arabesques délicates, d’un rose à damner un saint. Parfois, quand je les regarde, je me demande pourquoi tant de poison dans de telles beautés…Ici les coquelicots sont timides, pas comme en Beauce où ils paradent effrontément. La blancheur des carottes sauvages émerveille les bords de routes, mariées au bleu azur de bouquets de campanules.

Les iris d’eau jaillissent en bouquets d’or, éclipsant les derniers genêts. Les champs dansent au bal des boutons d’or.

Dans l’eau calme des étangs, les nuages s’amourachent et content leur vie. Un couple de cygnes joue à cache-cache dans un tapis de nénuphars encore en boutons. Les canards font un concours de plongeon et un ragondin facétieux fend l’onde. Les poissons, en dessous font la fête. En descendant vers le bord, un trou dans le sol, comme une maison secrète… Désolée, je n’ai pas rencontré le locataire.

Sur la petite route un chevreuil bondit, seul. Souvent ils sont deux. Mais sans doute les mères font leurs bébés en ce moment. Les poules d’eau, impertinentes et imperturbables, jacassent. Certains coins ressemblent aux bayous de Louisiane, les alligators en moins. Il fait si beau, de plus. Le pays est étrange.

Bon Annie, descends de ton nuage en brisures d’ailes d’ange.

Bonne soirée à tous

Annie Kubasiak-Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis