Chedigny

Ce fut une belle journée en Centre Val-de-Loire, périmètre de 100 kms oblige… (De chez moi 94,18)

Départ au petit matin pour Chédigny, le village aux mille rosiers avec une pensée particulière pour mon amie Simone Frétier, passionnée de roses depuis toujours.

Ici, les roses c’est avant tout une culture, un lien fort avec les habitants du village. Des rues aux jardins de particuliers, c’est une enfilade de merveilles parfumées. Accompagnées de pieds d’alouettes, de pivoines, de clématites, d’hydrangéas, d’ancolies, d’alstroemères, les rosiers s’envolent ou dégoulinent et égaient la pierre glorifiant l’architecture tourangelle omniprésente et qui appelle à l’unité.

Devant tant d’harmonie, il semble n’y avoir rien de calculé et pourtant..De par terre jusqu’au ciel, de pétales crémeuses en feuillages dentelés, dans des tons poudrés ou éclatants, cette ode à la rose nous ravit tous les sens. La main de l’homme y a sa place, surtout pour l’entretien et juste ce qu’il faut.

Quelques croix de fer rouillé au pied de l’église, rappellent qu’ici gisent quelques âmes. Les vivants font bon ménage avec les morts dans un respect total.

Il est partout de vieilles portes, de vénérables grilles qui s’offrent aux arabesques exubérantes de rosiers lianes polissons. Un gamin fait du vélo avec son grand-père et s’arrête pour sentir les fleurs. Si petit mais déjà motivé…

C’est ça aussi l’éducation, ce partage intergénérationnel. S’intéresser aux fleurs c’est aussi le message « Faites l’amour, pas la guerre, enivrez-vous de vie, prenez le temps d’être, mais pas seulement .. d’exister surtout.

Et l’on pose ses derniers pas dans le silence d’un chemin en vert, prolongement parfait d’un instant d’éternité 

Nous sommes repartis enchantés vers un autre lieu, le château de Montrésor.

Bonne soirée Amis d’ici.

Annie K. Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis