D’UNE RIVE à L’AUTRE

Il m’attendait là pour une visite improbable au pays des brumes.

J’ai défait l’attache qui le retenait à la rive.

Il eut subitement des envies de voyages et ainsi nous partîmes  voguer aux eaux calmes du lac.

Nous retenions notre souffle, nous écoutions battre nos cœurs en sachant qu’il n’y aurait pas de lendemain. 

Il fallait vivre le moment présent intensément.

Au soir tombé, nous avons dormi au fond de la barque, lovés dans la nuit brune.

Au petit matin, les fées avaient emporté les enfants que nous étions. 

Annie K.Barbier

Pas de commentaire

Donnez votre avis