Ballade aux Monts du Cantal

J’ai passé quelques heures là-haut.. Aux monts du Cantal, entre troupeaux et burons de bergers..

Là-haut, le temps ne compte pas. La vie s’écoule sereine et heureuse à mille lieues des bruits du monde.

La pierre est grise, la roche omniprésente mais des écharpes d’azur du ciel au rose des épilobes, du vert des sapins à la blondeur des planèzes ivres de soleil, de la rousseur des vaches au blanc laiteux des moutons, le paysage grandiose est une palette de peintre.

Il y avait juste un souffle de vent pour porter les échos de la vie d’en haut à la vie d’en bas. Alors se croisent le chant des clarines et le son des cloches des petites églises.

« Ô temps suspend ton vol » … Combien sont précieux ces instants volés à la trépidance de la vie quotidienne, ceux qui permettent de découvrir la beauté d’une fleur sauvage, l’odeur de quelques herbes inconnues, la chanson d’une cascade ébouriffant la verdure.

« Et le huitième jour, selon le dicton, Dieu créa l’auvergnat et sa terre ». Ainsi disait mon amie Toinette amoureuse de son coin de pays bien à elle.
Bonne journée à tous. Je vais encore un peu toucher du doigt mon rêve.

Annie K. Barbier

Vivre d’amour Mourir d’amour

Pas de commentaire

Donnez votre avis